Faire réseau et animer un réseau associatif

4 jours pour se doter d’apports théoriques et pratiques pour se connaître, se reconnaître et construire ensemble au sein d’un réseau associatif

La baisse des financements publics tend à rendre prioritaire la mutualisation de moyens, en particulier pour assurer la cohérence d’un projet associatif et la pérennité des postes.

S’organiser collectivement, faire ensemble, trouver les complémentarités, devient un enjeu essentiel pour éviter que les mutualisation et complémentarité ne soit que le fait des partenaires financiers et/ou d’une rivalité entre associations.

Pour qu’agir et décider en réseau ne soit pas un vœu pieux, il est nécessaire de poser les bases, ce qui pourra être le socle commun du réseau : se connaître, se reconnaître, repérer les zones de coopération, les zones de conflit ; échanger les pratiques, partager les analyses, débattre des orientations possibles ; repenser les actions, positionner le réseau, s’engager.

Se réunir, se rencontrer, trouver et prendre le temps, de réfléchir et de travailler à plusieurs est déjà vecteur d’inventivité, de travail collaboratif, de démarches participatives.

En 4 jours de formation, nous vous proposons des apports théoriques, des outils et des techniques pour animer et faire vivre votre réseau associatif.

 

Enjeux
  • Mutualisation des moyens corrélées à la baisse des finances publiques
  • Identifier les zones de coopération possibles ainsi que les zones de conflits
  • Se connaître et se reconnaître au sein d’un réseau associatif
Pour qui ?

Salarié-e-s et bénévoles associatifs, en particulier au sein de tête de réseau

 

Contenus
  • Définition du réseau et de ses contours
  • Du réseau de bénévoles à l’animation partenariale typologie des réseaux afférents aux associations
  • Modes d’animation de réseau
  • Les ressorts de l’implication (projet, valeurs, intérêts)
  • Les facteurs clés de la réussite d’un travail en réseau
  • Dialectique entre coopérer en réseau et se concurrencer en recherche de financements : comment poser les points de coopération, les points de désaccord et/ou les points neutres
  • Des outils de l’éducation populaire et de l’intelligence collective au service d’un réseau associatif
  • Focus sur la communication interne et le numérique

 

Coopération, démarches participatives, facilitation, amélioration du bien-être et de l’efficacité collective